Mon sac aux rayons X – 1ere partie

Bonjour ami lecteur/trice,

Aujourd’hui j’ai decidé de partager mon espérience sur le sujet oh combien discuté du faisage de sac à dos.
Il existe plein, mais alors plein de façons différentes de voyager. Et on ne fait pas son sac de la même façon pour une semaine à Barcelone, deux mois à Bali ou une traversée de l’Afrique en vélo (si si, il y en a qui font ça !).

Comme je vagabonde  depuis un peu plus de deux ans,  j’ai eu l’occasion de tester un peu de tout : seule, en équipe, en ville ou à la campagne, à l’hôtel ou en camping sauvage, et ce sous toutes sortes de climats. Petit zoom sur le contenu (très variable) de mon sac à dos. Dans cette première partie : les vêtements.

CONSIDERATIONS GENERALES :

Il est un fait que l’on emporte avec soi moins d’affaires pour trois mois que pour deux semaines de vacances. La raison est simple, quand on voyage au long cours, on fait régulièrement sa lessive. Quelques jours d’affaires suffisent. Avec un peu d’ingéniosité on trouve toujours un moyen de laver un ou deux trucs dans un coin de lavabo. Les deux facteurs qui vont influer sur la quantité de vêtements sont le type de climat, et l’homogénéité des climats traversés. Lorsque je pars au chaud, je peux tout faire sécher rapidement pendant la nuit, donc faire mes lessives au jour le jour. Dans les climats plus frais, ou humides, il faut parfois deux jours pour faire sécher le linge, et on ne reste pas toujours deux jours au même endroit. Avoir un peu plus de rechange rend la vie plus facile. De plus il va de soi qu’on n’emporte pas les mêmes affaires pour toutes les destinations. Si l’on passe de Cancùn à l’Alaska en passant par la forêt amazonienne en moins de 6 mois, il faut porter de quoi s’adapter à plusieurs conditions climatiques.

Conclusion : bien préparer son trajet, rechercher les climats de chaque région et savoir à quoi s’attendre à la période où l’on s’y rend.

J’y reviendrai dans un autre article, mais j’aimerais aussi mentionner rapidement la question des dépenses. J’espère démontrer qu’on peut se faire un super sac à dos avec un tout petit budget. J’ai indiqué pour chaque vêtement une solution alternative, satisfaisante  et qui ne coûte presque rien. Il y a toujours moyen de partir avec un budget limité. Il faut garder la tête froide pendant la préparation, et garder l’oeil ouvert pour de bonnes opportunités.

 Si tu n’as pas déjà ce qu’il te faut dans ton placard, voici une check list rapide avant d’acheter quoi que ce soit.

sacbienfait

 

Que mettre dans son sac à dos ?

 

- UNE VESTE DE PLUIE et aussi de vent -

C’est peut-être ma propension récurrente à me retrouver au milieu du désert le seul jour de l’année où il y pleut comme vache qui pisse, ou bien ma frilosité congénitale, qui sait. Le fait est que je ne ne me séparerais pour rien au monde de ma veste. Ses atouts : pèse moins de 500g, suffisamment étanche, suffisamment coupe-vent, et plein de poches partout. Le plus : un look passable en ville.

Pour atteindre cet idéal merveilleuxparka leg : deux options.

- Une veste de grosse marque (type North Face ou Patagonia) en Gore-tex. Confort inégalable, fluide, légère, pas encombrante…Une super option à 200-500€. Quelqu’un a dit gloups ?

- Le bon vieux décathlon des familles à 50€. Certes, si on s’en sert tous les jours pendant deux ans, elle ne tiendra peut-être pas (selon la rumeur). Celui qui veut traverser l’Ecosse à cloche-pieds peut y réfléchir à deux fois. Pour tous les autres, utilisateurs occasionnels, vous venez d’économiser 450€. Vous pouvez recommencer à fumer.

NOTA : Si au cours d’un voyage au long cours vous prévoyez de faire un ou deux trecks sérieux (type Himalaya ou Macchu Pichu), renseignez-vous pour louer le matériel nécessaire au pied de la montagne. Cela peut vous éviter d’investir dans du matériel onéreux et…de le porter le reste du voyage.

.   .  . .:. .  .   .

- UNE DOUDOUNE pour ressembler au bonhomme Michelin -

 Je ne sais pas padoudoune legerr quel miracle de marketing les H&M et compagnie ont réussi à nous faire croire que les doudounes avaient l’air cool, et (au risque de me faire des ennemis) j’espère bien que le look sac poubelle à bourrelet sera mort, enterré et arrêtera de faire saigner mes yeux quand je rentrerai.

Cela étant dit, en voyage, quel pied ! La doudoune en duvet offre le meilleur rapport poids/isolation possible, on peut la prendre avec ou sans manches et capuche. Pas indispensable en fonction du climat,  mais un complément utile au coupe vent. il vaut toujours mieux séparer les couches pour les empiler en fonction des besoins.

- Le nec plus ultra : comme d’hab, il se trouve dans les rayons chics du vieux campeur…et vous délestera gaiment de 200€ ou 300€. Bien sûr, la qualité est au rendez-vous, et le confort aussi. Peut valoir la dépense.
(!)  Ce qu’il faut regarder sur l’étiquette : la densité du duvet. Ne pas prendre de rembourrage acrylique, qui isole peu.

- Le coup de bol pas cher : j’ai vendu mon âme à la société de consommation. Uniqlo a sorti juste avant mon départ une grosse ligne de doudounes avec une super bonne densité de duvet, pour le tiers du prix. Me voilà joyeusement déguisée en capote dorée pour le reste du voyage ! (et pour info, j’en suis ravie)

CONSEIL PRATIQUE : une idée piquée aux compères de Human Energies : on coud dans un tissu très fin et doux comme un câlin une demi taie d’oreiller, et on fourre la doudoune dedans tous les soirs, pour un sommeil confortable et réparateur. Solution plus qu’éprouvée dans les long trajets en bus ou en avion.

KSU_9177

 .   .  . .:. .  .   .

 - UNE VESTE, UN SWEATER, UN GILET, UNE POLAIRE, UN SOUS-PULL… -

…Qu’importe pourvu qu’on ait l’ivresse. Celui-là, on ne le garde pas pour les longues soirées d’hiver. On va le mettre presque tous les jours. Avec ou sans capuches, urbain ou un peu roots, à chacun son style. Une chose est sûre  : il faut du solide ! Lecteur, si tu en as un fétiche, c’est le bon ! Sinon, pour t’aider dans ce choix peut-être cornélien : voici mes favoris 2011-2013.

Au bout de 24 mois, j’en suis à mon troisième sweater : le premier était noir, très vieux, (mais qu’est-ce que je l’aimais !)  il a fini par ressembler à une méduse, je l’ai laissé à New York. Le deuxième était beige, très bien (un peu fin ?), après un an j’ai fini par m’en lasser, et lui préférer provisoirement un merveilleux sweater trouvé dans une ruelle de Vancouver, le jour des encombrants. Le dernier en date : j’ai investi dans un Ice-breaker en merino, rose qui pète (faut bien rigoler un peu).

Toutes ces vestes ont en cosweater legermmun :

  • d’être de super qualité.
  • d’être chaudes mais pas trop, pour servir dans tous les climats. Quand on a la flemme de se changer au crépuscule et que les moustiques gros comme des cafards attaquent l’apéro, une petite veste et hop, c’est plié !
  •  d’avoir une poche un peu planquouille pour glisser ma carte bleue.
  •  d’être confortables, un peu stretch, à peu près sortables et de se zipper sur l’avant.
  • d’avoir une capuche, pour se rouler dans son cocon quand on prend le bus et…ne pas récupérer les poux de la personne d’avant (chacun ses phobies)

Budget approximatif : 60-110€ pièce. Si ça paraît un peu cher, on fait des trouvailles super aux puces, à la Croix-rouge ou à l’Armée du Salut !

.   .  . .:. .  .   .

- des PANTALONS pour embêter les moustiques -

pantalons legerAmi lecteurs(trices), autant évacuer la question tout de suite : si vous comptez voyager beaucoup en ville, prenez un jean. C’est pratique, confortable, passe partout, et il vaut toujours mieux ressembler à un expat’ qu’à un touriste.

Sinon, passez votre chemin, malheureux ! Un jean c’est lourd à porter, ça met une éternité à sécher. Et le porter mouillé le matin, c’est moyennement sympa.

J’ai un amour inconditionnel pour les bons vieux pantalons à poches. Malheureusement (ou heureusement ?) ils ne sont plus du tout à la mode. Pas la peine (en tout cas en 2011) de chercher chez Zara, direction les friperies. Avec un peu de persistance j’ai trouvé mon bonheur dans une boutique de fringues d’occasion rue du cherche-midi à Paris. 10€  pour un fute porté pendant 10 mois, impeccable. Comment je l’aime : en coton, avec des poches cargo suffisamment grandes pour y glisser un petit appareil ou un tas de coquillages. Si il a un système pour retrousser les jambes ce n’est pas plus mal.

L’alternative ce sont les pantalons techniques North Face ou autre, que l’on peut trouver en soldes dans les 60$. J’ai porté le mien pendant plus d’un an, avant qu’il ne s’envole dans une tempête dans l’Outback australien. Sans ça je crois qu’il aurait terminé le voyage. Un petit tour à l’Armée du Salut, et me voilà renouant avec mes premières amours, un super pantalon à poches pour 3$.

En deuxième pantalon, j’aime bien avoir quelquechose de plus présentable, histoire d’avoir l’air correct en ville, ou pour sortir. Si possible qui tombe bien, mais toujours léger et sèchant vite. En ce moment j’ai un truc de marque et un peu technique, mais le plus souvent c’est une sorte de pantalon en lin comme PROMOD en sort chaque été depuis 25 ans. Si tu sens l’âme un peu hippie, cher lecteur(trice), on trouve des pantalons  modèle « baggy » sur toutes les plages du monde. En général ils sont en tissus joyeux et colorés, très légers et sèchent vite. Si on aime le style, il n’y a pas mieux !

.   .  . .:. .  .   .

- DES SOUS-VETEMENTS DE COWBOY -

Desleggings leger leggings, quoi.

Une sous couche sous un pantalon d’été, et hop, on résiste aux grands froids ! ça fait aussi pyjama, et ça se porte aussi sous une robe (quand on veut planquer les gambettes) ou un short, quand on arrive au campement après une journée de rando. Parfois les soirées sont fraîches. A 10$ max la paire, Je n’ai pas de pitié pour les croissants et je m’en débarrasse dans les climats chauds.

Si la plupart du voyage se déroule dans une zone plutôt froide, genre, Népal en hiver, il y a des leggings en mérino ou en polaire qui tiennent encore plus chaud. Voir Décathlon, Helly Hansen ou Ice Breaker.

.   .  . .:. .  .   .

- un SHORT pour un look Lara Croft ou Barbara Gourde -

shorts legerOu deux, c’est selon. Pour le modèle, est-ce qu’on va à la plage ou a la montagne ? est-ce qu’il fait bas de pyjama en même temps ? Est-ce qu’on doit pouvoir aller courir avec ?

Je te laisse juge, cher lecteur(rice). Pour ce qui est des gammes, se référer à la section pantalons.

[ Attention spoiler : la suite c'est plutôt des trucs de gonzesses. Te voilà averti lecteur adoré ]

.   .  . .:. .  .   .

- pour les filles, et les garçons qui jouent  de la cornemuse, UNE ROBE ou UNE JUPE -

Alors là, tu peux commencer à chercher dès maintenant. Si tu es une psycho-rigide comme moi, tu voudras que :

  • Elle soit super pratique en voyage.
  • Elle soit la plus confortable pour faire nuisette.
  • Elle soit la plus belle pour aller danser.
  • Elle soit la plus légère pour porter sur la plage.
  • Elle soit la plus classe pour les réceptions chez l’ambassadeur.
  • Elle soit infroissable pour toutes les raisons précitées.
  • Elle puisse survivre à un passage intempestif au sèche-linge plein pot (les coupables se reconnaitront).
  • Elle sèche plus vite que l’éclair.

Bonne chance !

.   .  . .:. .  .   .

- UN ou deux DEBARDEURS pour jouer aux bidochons en vacances -

Le mien ? Ultrdebardeur legera léger, un tissu fluide et froissé d’origine. Sèche en 3min30 ; Il est tellement bien qu’on se le refile dans la famille depuis 15 ans… Et oui, chez nous, le style ça se passe de mère en fille.

Quand je suis dans un coin froid, j’en porte un de plus type Petit Bateau, pour rajouter une couche.

Aux garçons qui seraient tentés par un marcel : juste, non. Je sais, c’est pas juste. Ce n’est pas seulement un question de (mauvais) goût : les lunettes hyper voyantes, les grosses casquettes et les marcels, c’est l’attirail du ricain à Cancùn. Un mec habillé comme ça attire les arnaques comme un concert de Bieber attire les prépubères hystériques.

Stupid-dumbasses-dnacing-in-kuta-bali

.   .  . .:. .  .   .

- deux TSHIRTS MANCHES COURTES -

tshirt mqnches courtes legerMon idéal : fluide, confortable mais qui a quand même l’air à peu près mignon. Pas besoin de dépenser des milles et des cents : J’ai trouvé mes perles le plus souvent en soldes chez H&M ou à la Halle aux Vêtements. De loin on peut douter de la qualité, mais un tshirt avec un tissu plus fluide et plus fin est aussi plus doux et sèchera deux fois plus vite qu’un polo Ralph Lauren. Mon budget moyen : 15€ chaque.

Sinon il y a toujours l’option tshirt technique, respirant blabla. Super si on voyage à pieds et qu’on doit beaucoup porter son sac : il n’y a pas de coutures sur les épaules.

Dans les régions chaudes, j’ajoute parfois un chemisier à manches courtes, encore plus frais et ça fait un peu plus habillé.

 .   .  . .:. .  .   .

- un TSHIRT A MANCHES LONGUES -

tshirt manches longues leger

L’idéal : un basic de chez Zara ou H&M. En version technique, un Icebreaker en laine de mérino. Léger, confortable, super qualité, et sèche plutôt vite. Personellement j’opte plutôt pour un basique manches longues Etam ou H&M, ou équivalent trouvé en friperie. Ils me durent en moyennent 8 mois et ils sont plus glamour. Budget : de 3€ à 29€ pour un pas cher, entre 69€ et 100€  pour du merino.

 

 

.   .  . .:. .  .   .

- une ou deux CHEMISE A MANCHES LONGUES d’aventurier solitaire -

chemise manches longues leger

ABSOLUMENT INDISPENSABLE si l’on va se promener en région tropicale. Un  des composants incontournables de la lutte contre les moutiques,  En plus, ç’est  classe, et ça protège du soleil. La première fois que je suis allée au Bénin,  j’ai pris en moto un coup de soleil de 3cm² sur le dessus des pieds, entre les ballerines et le pantalon. Autant dire que sans chemise, c’était le désastre assuré.

 

 

 

 .   .  . .:. .  .   .

- Les SOUS-VETEMENTS super sexy - .

soutien-gorge leger Pour la quantité, j’adapte au climat. Quand je suis dans un pays chaud et sec, 3 ou Quatre suffisent, je peux les laver le soir au lavabo et elles sont sèches le lendemain. Quand il fait humide ou froid c’est sympa d’avoir un peu de marge, j’en prends 6 ou 7.

 

  • 1 ou 2 soutien-gorges. On évite le Chantal Thomas qui va vite mourir, et on la joue discrète, surtout dans les pays conservateurs.
  • 5 culottes (ou strings, hein, je ne suis pas fasciste) dans un tissu qui ne tient pas chaud et qui sèche vite. Il y a consensus sur le tout coton, moi je préfère avec un mix de lycra. DIM c’est bien.
  • 3 paires de chaussettes; Si vous prévoyez de marcher beaucoup, l’ideal ce sont les chaussettes double épaisseur anti ampoules. Avant on ne trouvait ça qu’au Vieux Campeur, mais maintenant ça doit exister chez Décathlon.
  • Pour les frileux, une paire de chaussettes bouclettes pour mettre dans l’avion et dans les bus avec la clim à fond.
  • Et bien, sûr, un beau maillot de bain !

 .   .  . .:. .  .   .

- Les CHAUSSURES -

Le choix des chaussures est une question éminemment personelle. Je ne peux que parler des mes propres favoris.

  • Commençons pas l’évidence : une paire de tongs. Même sans aller à la plage, on s’en sert comme chaussures d’intérieur. Je les prends toujours en plastique pour pouvoir prendre ma douche avec, quand l’hygiène laisse à désirer (je ne veux balancer personne, mais les auberges de jeunesse c’est vraiment la cata dans les douches).
  • Ensuite, bien, sûr, une paire de chaussures de marche.Pour l’Afrique j’ai acheté une paire de pataugas montantes en toile. La semelle à crampon permet de marcher n’importe où, pour les grandes chaleurs on peut rabattre les côtés, et quand le soleil les serpents ou les moustiques attaquent, on remonte tout ça et les chevilles sont protégées. Pour la suite, j’utilise depuis une paire de trail Merell, que j’ai renouvelée au Canada. Super qualité, confort au rendez-vous, je ne saurais trop recommander cette marque. Une information utile : marcher en ville sur du plat, de goudron ou du béton, use la semelle à vitesse grand V.  D’où l’intérêt du point suivant :
  • Parfois il fait un peu chaud pour des chaussures de randonnée, mais on s’apprête quand même à marcher beaucoup. Ou alors on passe 3 semaines en ville et on veut porter quelquechose de plus discret. Bref, c’est optionnel, mais il y a plein de bonnes raisons pour avoir sur soi une paire de chaussures joker. ça peut être une paire de  ballerine, des petites Adidas ou Puma, des chaussures de marche ouvertes. Au Maroc je me suis fait faire une parie de sandales an cuir avec un bonne semelle en caoutchouc en dessous. Elles étaient super confortables, et avec ça j’ai pu silloner les médinas. En ce moment je parte des petites sandales Crocs. d’abord pour leur qualité esthétique indiscutable, et surtout parce que je peux marcher avec pendant des heures.

 .   .  . .:. .  .   .

 

Comme je me sens d’humeur généreuse, j’ai fait un récapitulatif sommaire par climat :

 

recapitulatif

 

Et si il reste de la place : tu peux toujours rajouter une combinaison de survie, question style on ne fait pas mieux.

Prochain post, sac à dos et matériel de camping.

P1040395

 

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>